À la une

Salon Révélations 2019

“Les Ateliers Philippe Coudray se sont inspirés de la Haute Couture et de ses grandes créations pour revisiter le décor de fenêtre.”



Les Ateliers Philippe Coudray se sont inspirés de la Haute Couture et de ses créations pour revisiter le décor de fenêtre.

Autour de tonalités douces, de la dentelle au cuir, en passant par la passementerie, la préciosité, l’abondance, la noblesse, l’audace et la démesure se rejoignent dans l’unicité de ces cinq pièces réalisées à la main dans les Ateliers Philippe Coudray.



Abondance de plis

Alliance de la création artisanale et de la production industrielle, le pli est le mouvement de la vie et il en est la trace. Issu d’une combinaison du travail de la main, du carton et de la vapeur pour mettre en forme la matière. Réalisation entièrement à la main d’un rideau en velours de coton, en partie haute, un étagement de plis plats en taffetas de soie bordés de galons au centre et en partie basse, un étagement de plis asymétriques en taffetas de soie et en voile. Tête de rideau à pli Dior sur tringle plate.

Velours de coton : Créations métaphores / Taffetas de soie : Veraseta / voile : Casamance / Artisan plisseur : Plissés de France / Passementier : Passementerie de lile de France

Préciosité des dentelles

Utilisées dans les années 50, les dentelles et les tulles de Caudry et de Calais sont aimés de la haute couture avec les créations de Christian Dior, de Marcel Rochas, de Jeanne Lanvin, de Pierre Balmain, de Carven etc… Réalisation entièrement à la main, d’un rideau en satin de soie avec un effet de sous rideau en tulle bordé d’une dentelle festonnée, application d’une succession de dentelles à thème florale, des motifs complexe de bouquets, de médaillons, de volutes, de pois… Tête de rideau froncée et festonnée sur tringle plate.

Dentelles et tulles : Sophie Hallette / Satin de soie : Veraseta

Noblesse du plissé

Les grecs et les Romains avaient déjà l’art du plissé pour habiller le corps. C’est sans compter sur l’apparition de la haute couture sous le second Empire qui voit le plissé revenir sur le devant de la scène. Techniques artisanales et digitales, le plissé aujourd’hui est utilisé par un grand nombre de couturiers.Réalisation entièrement à la main, d’un rideau en velours de polyester, formant des ondulations verticales, dans les creux une application de plissés en taffetas de soie dit en accordéon formant un jeu de motifs. Tête de rideau plissé en éventail sur tringle plate.

Velours de polyester : Zimmer & Rohde / Taffetas de soie : Edmond Petit / Artisan plisseur : Plissés de France

Audace de la passementerie

La passementerie est un art très ancien, que l’on retrouve aux quatre coins du monde. Elle fut à l’honneur au Second Empire. Le goût était à la profusion de tissus, franges et capitons. L’époque fut marquée par beaucoup de fantaisie et de couleurs. Réalisation entièrement à la main, d’un rideau en velours de viscose et satin de soie, application d’une accumulation de passementeries, crête giroline, galons, frange à mèche, franges de jasmins à perles et torsades, frange à croisillon et mèches… Tête de rideau à perles satinées terminée par des mèches.

Velours de viscose : Antoine d’Albiousse / Satin de soie : Veraseta / Passementier : Passementerie de lile de France

Orgueil des galons

Donner des galons, prendre du galon, les premières traces de passementerie sont très anciennes, et souvent liées aux vêtements et parures. A partir de 1830, la passementerie était alors divisée en plusieurs catégories : la mode, les équipements militaires, ornements d’église et la décoration. Réalisation entièrement à la main, d’un rideau en satin de soie, assemblage de bandes de cuir façonnées en galon, avec application de double corde en cuir, tressées et cousues, maintenues par des ornements de câblés. Tête de rideau montée sur un galon de cuir, agrémentée d’un câblé sur tringle gainée.

Satin de soie : Veraseta / Passementier : Passementerie de lile de France